L’infrastructure hyperconvergée, une solution incontournable?

La vague de l’informatique hyperconvergée est enclenchée depuis un bon moment déjà. Suite logique de l’informatique convergée, elle reprend les mêmes éléments mais avec une plus grande symbiose de ses composants avec la  virtualisation du traitement, stockage et du réseau. Plusieurs parlent même de l’hyperconvergé comme d’un centre de données en boîte (« data center in a box »). Qu’est-ce qui a donné naissance à l’hyperconvergence et pourquoi faut-il en tenir compte dans la conception des centres de données modernes ou dans l’élaboration d’une stratégie de déploiement d’un nouveau service TI?

Au cours des dernières années, le discours des dirigeants d’entreprise a basculé. Il n’est plus axé sur comment les choses doivent fonctionner, mais bien comment livrer les services plus rapidement et de manière plus agile. Pour l’entreprise, c’est une question de demeurer compétitif ou même d’aller chercher un élément pour se démarquer de la concurrence. Ce discours n’est pas sans remettre en question la place des TI traditionnelles.

Les éléments clés des plateformes hyperconvergées sont : la rapidité de la mise en service, une croissance flexible de ses capacités et des coûts d’exploitation moindres à long terme. Ces facteurs contribuent à l’agilité de la fonction TI en permettant le déploiement rapide de l’infrastructure nécessaire pour les applications et services de l’entreprise. Plus besoin d’attendre la mise en place par les équipes TI responsables des serveurs, du stockage et des éléments de réseautique, puisqu’une plateforme hyperconvergée se déploie comme un tout au moyen d’un assistant intelligent de déploiement.

Au delà des aspects séduisants des plateformes hyperconvergées, il y a lieu de se questionner sur plusieurs défis qu’elles engendrent. En effet, il faut connaître les cas d’utilisation typiques de ces plateformes. Les premiers cas de déploiement ont été pour les infrastructures de bureau virtuel (VDI). Le VDI est bien desservi par l’hyperconvergé car il offre un ensemble relativement homogène et une croissance potentiellement constante et prévisible. Le VDI exige des infrastructures de stockage performantes. Toutefois, les applications de tableaux de bord, de BI ou même d’intelligence artificielle ne sont pas destinées pour l’hyperconvergence car elles ont des charges difficilement prévisibles et leur croissance est erratique ou exponentielle. Il est essentiel de réfléchir sur les cas potentiellement gagnants pour l’hyperconvergence avant de se lancer et encore mieux, demander conseil à des experts.

Finalement, au delà de la technologie, il y aura toujours le défi humain. Les plateformes hyperconvergées sont nombreuses et ont toutes leurs caractéristiques propres. Mais toutes sont assujetties au même problème potentiel : dans les grandes organisations, ces plateformes, pour être bien déployées et bien utilisées, demandent des efforts concertés des différents groupes TI qui n’ont pas toujours l’habitude de travailler main dans la main. Peu importe le projet TI, sans la collaboration de ces équipes responsables des serveurs, du stockage et de la réseautique, tout déploiement d’une plateforme hyperconvergée est vouée à l’échec.

0

Qu’en pensez-vous?