Êtes-vous prêts pour votre transformation vers le DevOps?

« Des livraisons plus rapides, plus fréquentes et plus fiables ». Telles sont les promesses du DevOps; mais votre organisation est-elle prête à effectuer les changements nécessaires pour y parvenir?

Voici quelques exemples de changements que votre organisation devra adopter afin de tirer le maximum de votre initiative DevOps.

Architecture

Vos applications sont-elles suffisamment découplées et autonomes afin d’évoluer facilement? Les applications monolithiques sont difficiles à modifier, à tester et à déployer. C’est pour cette raison que les microservices représentent une architecture de choix pour le DevOps. Sans nécessairement procéder à la réingénierie complète de vos applications existantes en microservices, il serait intéressant de commencer dès maintenant à les briser en plus petits segments afin d’en faciliter le cycle de vie (évolution et exploitation).

Vos applications sont-elles compatibles avec l’infonuagique? La volatilité des serveurs dans un PaaS peut provoquer des pertes de données si ceux-ci conservent l’état des applications. Il faudra corriger vos applications afin d’éviter une journalisation locale, l’écriture des données dans des fichiers du système et des informations de la session des clients, etc. La méthodologie 12 Factor App peut servir d’excellent guide afin de vous assurer du bon fonctionnement de vos applications dans l’infonuagique.

Intégration continue

Il n’est pas suffisant d’avoir un orchestrateur d’intégration continue (par exemple Jenkins) afin de fusionner régulièrement les branches créées par les équipes de développement.

Les développeurs doivent s’assurer d’envoyer régulièrement leurs modifications locales vers le gestionnaire de source centralisé (« commit »). Idéalement, ils doivent effectuer un seul changement à la fois. Les changements apportés aux schémas de bases de données sont-ils intégrés au processus d’intégration continue? Est-ce que les développeurs attendent trop longtemps dans leurs branches avant de remettre au tronc principal? La couverture de tests unitaires est-elle suffisante?

Si vous répondez non à l’une ou plusieurs de ces questions, sachez que les différents mécanismes d’automatisation apportés par les outils DevOps n’apporteront que très peu de valeur. Il vous faudra donc corriger ces situations avant d’avancer dans votre transformation au risque de ne pas atteindre les objectifs visés, soit livrer plus rapidement, plus souvent et avec plus de fiabilité.

Automatisation des tests

L’automatisation des tests est probablement le talon d’Achille de la majorité des organisations. En effet, la croissance organique des systèmes existants ont fait que ces applications monolithiques comportent des milliers, voire des millions de lignes de code qui ont toujours été testées manuellement. Afin d’optimiser le DevOps, les organisations doivent impérativement réaliser des tests unitaires, intégrés, fonctionnels et non-fonctionnels (sécurité, charge, etc.) Cette tâche peut représenter un investissement important dont la valeur ajoutée ne se fera sentir qu’à moyen et à long terme. L’automatisation des tests est directement en lien avec les livraisons continues. Si les tests sont réalisés manuellement, c’est toute la chaine de livraison continue qui sera ralentie.

Gestion des bases de données

Vos migrations de bases de données sont-elles automatisées? Vos DBA possèdent-ils une parfaite maîtrise des scripts de migration et ceux-ci sont-ils gérés à l’aide de versions? Les procédures de retour en arrière sont-elles testées et fonctionnelles? Dans les automatismes proposés par le DevOps, les mises à jour des bases de données doivent suivre celles apportées par les applications afin d’atteindre les objectifs de livraison continue.

Analyse des besoins des clients

Si vous désirez opter pour une architecture en microservices, vous devrez vous assurer que vos analystes d’affaires maîtrisent la modélisation basée sur les capacités d’affaires. Pour y parvenir, des méthodes d’analyse telles que le « Domain-Driven-Design » facilitent cette modélisation. Vos analystes devront être aguerris avec ces techniques, autrement le découpage des microservices sera inadéquat (« high coupling »).

Structure des équipes de livraison (de la gestion de projet à la gestion de produit)

Vos équipes devront être partagées selon un modèle de gestion de produits et celles-ci seront responsables de toutes les étapes de la livraison (conception et exploitation). Un propriétaire du produit sera responsable d’établir la vision. Les organisations doivent donc envisager un financement non plus par projet mais par produit.

Culture

Une culture de valorisation des succès collectifs, de collaboration et de responsabilité commune est à la base des pratiques DevOps.

Il est essentiel d’aligner les motivations et les objectifs entre ces équipes afin d’établir la confiance et l’esprit de collaboration. Par exemple, des équipes alignées et collaborant activement au sein d’un seul projet et évaluées collectivement sur tous les aspects de son succès sont plus susceptibles d’être engagées à travailler efficacement ensemble, plutôt que d’être partagées. Bien que facile à acheter, l’outillage à lui seul ne procure pas les avantages d’une pratique DevOps. Les technologies doivent être utilisées dans le cadre d’une philosophie culturelle ancrée dans la collaboration et la responsabilité conjointe.

La création d’équipes pérennes responsables d’un ou de plusieurs produits facilite l’alignement de ces objectifs. Les équipes seront alors responsables de la conception et de l’exploitation de leurs applications selon le principe : « you build it, you run  it » (vous le construisez, vous l’exploitez).

Conclusion

Ce ne sont là que quelques exemples des points de vue technique, organisationnel et culturel auxquels les entreprises doivent s’attaquer tôt ou tard afin de faciliter leur transformation vers le DevOps.

Le véritable défi dans cette transformation est d’en accélérer son adoption avec un minimum de risque. Et c’est ici que notre expertise stratégique peut vous aider. En effet, notre équipe chevronnée peut vous accompagner dans toutes les étapes de cette transformation : à l’aide de notre grille d’évaluation de maturité DevOps, nous pouvons établir clairement les disciplines dans lesquelles votre organisation devra apporter plus d’attention pour ainsi concevoir un plan d’action réaliste. Nous pouvons aussi vous assister dans la conception de microservices, l’automatisation des tests, la construction des pipelines de livraison, la sélection de PaaS et IaaS ainsi que la surveillance et l’alertage de vos applications et infrastructures.

Pourquoi la transformation numérique est un atout pour votre entreprise

La transformation numérique a été une des expressions les plus discutées – on pourrait même dire surutilisées – en 2017, mais ce serait une erreur de rejeter le concept comme un autre mot à la mode. Les avantages potentiels de la transformation numérique sont très tangibles pour les organisations qui peuvent exploiter la multitude de nouvelles technologies pour redéfinir leurs propres processus et leurs relations clients.

La transformation numérique est facilitée par une combinaison de cinq grandes tendances technologiques.

Le Big Data et l’analytique permettent aux entreprises de mieux comprendre leur environnement d’affaires, leurs clients et leurs propres opérations en rendant de grands volumes de données compréhensibles et exploitables.

La mobilité offre une nouvelle façon de fournir les résultats de ces informations aux clients, employés et partenaires, où et quand ils en ont besoin.

Les médias sociaux simplifient la publication de l’information à l’échelle mondiale à faible coût et permettent de dialoguer avec les entreprises dans le cadre de conversations en temps réel.

L’Internet des objets (IoT) capture et transmet les données à partir d’appareils sans nécessiter d’intervention humaine. Des outils d’analytique peuvent être utilisés pour transformer ces données brutes en informations sur tout, depuis l’état de santé d’équipements d’usine jusqu’au développement de bouchons de circulation.

L’infonuagique qui est le tissu conjonctif de la transformation numérique. L’infrastructure infonuagique combine une extensibilité abordable et infinie avec un accès à des ressources informatiques de classe mondiale. Les applications infonuagiques et les services de données rendent les capacités et les informations qui était auparavant le domaine des plus grandes entreprises accessibles à tous sur une base d’abonnement à bas prix.

Plus forts ensemble

Chacune de ces innovations est révolutionnaire en soi, mais le pouvoir de la transformation numérique vient de leur combinaison. Prenez par exemple Waze, la très populaire application de navigation de Google. Elle utilise une combinaison de toutes ces technologies innovatrices pour amener les utilisateurs à leur destination plus rapidement, les avertir de retards ou d’obstructions et les connecter avec d’autres sur la route. Waze révolutionne la façon dont nous nous déplaçons, créant un nouveau modèle d’affaires par la même occasion.

La transformation numérique consiste à trouver des opportunités grâce à l’utilisation de données. Cela peut prendre la forme de nouveaux secteurs d’activités ou d’une meilleure efficacité opérationnelle. Dans plusieurs cas, les données ont toujours existé, mais l’infonuagique et la mobilité créent de nouvelles façons de les utiliser et de les diffuser.

Une des manières dont la transformation numérique crée de la valeur consiste à exposer des informations et des services utiles aux clients. Par exemple, les propriétaires de flottes de camions peuvent utiliser des capteurs IoT pour suivre les véhicules louées à leurs clients et appliquer l’analytique pour suggérer des itinéraires plus optimaux. Les banques peuvent facilement intégrer les services de tiers dans leurs applications web et mobiles pour offrir aux clients des fonctionnalités telles que le suivi des cartes de crédit ou le financement participatif. Les détaillants peuvent informer les clients des ventes de produits qu’ils ont déjà achetés dans le passé et distribuer des coupons numériques sur leurs appareils mobiles. Les entreprises peuvent facturer ces services ou les livrer comme une valeur ajoutée pour améliorer les relations avec les clients.

Une autre forme de transformation numérique est l’amélioration des performances internes. Par exemple, les vendeurs sur la route peuvent générer des rapports personnalisés et des contrats pour leurs clients sur place à partir d’un service infonuagique. Les capteurs d’un édifice peuvent ajuster automatiquement l’éclairage et la température en fonction de l’utilisation réelle. Les entreprises ayant de grandes opérations de service mobile peuvent mettre à jour et réacheminer dynamiquement les techniciens pendant qu’ils sont en déplacement.

Au fur et à mesure que l’infonuagique évolue et devient plus fluide, les entreprises mélangent les clouds publics, privés et hybrides pour mieux contrôler et gérer les informations qu’ils exposent et pour migrer de manière transparente les charges de travail entre les plateformes cloud. Les organisations les plus performantes adopteront les trois modèles infonuagiques pour rendre leurs opérations TI virtuelles et en mesure de suivre le soleil.

Personnaliser et moderniser

Voici quelques lignes directrices à garder à l’esprit en tête en cours d’adoption.

La transformation numérique n’est pas une stratégie technologique. Cela commence avec les gens et les processus. Pensez aux domaines de votre entreprise où le manque d’information inhibe votre prise de décision ou remet en question votre efficacité. Considérez comment de nouvelles sources de données pourraient être appliquées pour vous aider. Ces informations sont peut-être disponibles sur le cloud, les appareils IoT ou les applications mobiles. Elles sont peut-être même déjà entre vos murs, attendant d’être dévoilées par l’analytique.

Pensez aux avantages. Les meilleures opportunités de changement viennent souvent de l’autonomisation des clients ou des employés individuels. Quelles informations permettraient aux représentants de conclure des ventes plus rapidement? Quelles informations pourraient être fournies aux clients en libre-service? Comment les employés des centres d’appels pourraient-ils offrir un service plus personnalisé aux clients? Ce sont les domaines qui procurent le plus grand effet de levier.

Impliquez tout le monde. Le soutien de la direction est essentiel, mais les personnes les mieux outillées pour identifier les domaines à améliorer sont souvent celles qui sont en première ligne. Offrez des ateliers de transformation numérique et mettez en place des groupes de travail axés sur différentes opérations fonctionnelles et orientées client. Les employés apprécieront le processus d’idéation et se l’approprieront plus volontiers s’ils en font partie.

Modernisez l’infrastructure. Le développement agile basé sur les microservices, les conteneurs et DevOps révolutionne la façon dont les organisations construisent et déploient les applications. Les cycles de vie de développement se raccourcissent de quelques mois à quelques jours, et des cycles de version plus fréquents permettent la livraison continue de nouvelles innovations. La plupart des infrastructures existantes sont mal adaptées à ce paradigme hautement virtualisé et flexible. Les organisations doivent passer à une infrastructure définie par logiciel pour tirer pleinement parti des nouvelles plateformes qui sous-tendent la transformation numérique.

Une étude de KPMG sur 400 PDG a indiqué que « la technologie en évolution rapide et la rapidité de la transformation qui en résulte font que les trois prochaines années seront plus critiques pour leur industrie que les 50 années précédentes. » La transformation numérique doit être sur votre écran radar. Un partenaire expérimenté peut vous aider à trouver votre chemin.

Pourquoi l’infrastructure agile et DevOps vont de pair

Saviez-vous que certaines opérations de développement de logiciels déploient du code jusqu’à 200 fois plus souvent que d’autres? Ou qu’elles peuvent effectuer des changements de code en moins d’une heure, récupérer des temps d’arrêt en quelques minutes et connaitre un taux  d’échec de code 60 fois inférieur à celui de leurs homologues?

La différence est DevOps, une nouvelle approche du développement agile qui met l’accent sur la modularité, les versions fréquentes et un cycle de rétroaction constant. DevOps est un contraste frappant avec l’approche conventionnelle en cascade du développement de logiciels. Traditionnellement, le développement de logiciels impliquait une conception initiale et des spécifications détaillées, un processus qui pouvait prendre des semaines. Les développeurs s’isolaient ensuite, souvent durant des mois, pour construire un prototype d’application. Après un long processus de révision, des modifications étaient spécifiées et les développeurs disparaissaient à nouveau pour les mettre en place. Par conséquent, il n’était pas inhabituel que les applications d’entreprise prennent un an ou plus à livrer, période pendant laquelle les besoins des utilisateurs changeaient souvent, ce qui nécessitait encore plus de développement.

C’est un luxe que plus personne ne peut se permettre désormais. La période de développement logiciel d’aujourd’hui est définie par les applications sur votre téléphone intelligent. DevOps est un moyen de faire fonctionner le développement de logiciels d’entreprise à la vitesse d’Internet.

DevOps remplace l’approche monolithique de la construction de logiciels avec des composants qui peuvent être codés et prototypés rapidement. Les utilisateurs sont étroitement impliqués dans le processus de développement à chaque étape. Les révisions de code peuvent avoir lieu aussi souvent qu’une fois par jour, l’accent étant mis sur la progression régulière de chaque composant plutôt que sur la livraison d’une application complète.

Un écart important du DevOps avec le développement traditionnel est que les codeurs ont un contrôle non seulement sur le code, mais aussi l’environnement d’exploitation. L’infrastructure agile rend cela possible. Des technologies telles que les conteneurs et les microservices permettent aux développeurs d’approvisionner leurs propres espaces de travail, y compris des variables telles que la mémoire, le stockage, le système d’exploitation et même les logiciels co-résidents, pour imiter l’environnement de production le plus possible. Cela réduit le risque de surprise lors de la migration de l’environnement de test à la production, tout en améliorant le contrôle et la responsabilisation des développeurs.

Avec l’avènement des conteneurs, les organisations informatiques peuvent désormais créer des bibliothèques de machines virtuelles allégées adaptées aux besoins des développeurs individuels. Les conteneurs peuvent être rapidement transformés et fermés sans nécessiter de frais TI administratifs, un processus qui peut sauver des semaines au cours d’un projet. Les conteneurs préconfigurés peuvent également être partagés entre les équipes de développement. Plutôt que d’attendre des jours l’approvisionnement d’une machine virtuelle, les développeurs peuvent être opérationnels en quelques minutes, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles DevOps permet des améliorations de vitesse aussi spectaculaires.

Plusieurs organisations qui adoptent DevOps ont vu des résultats exceptionnels. Les organisations DevOps hautement performantes consacrent 50% de temps en moins à des tâches non planifiées et à des retouches, ce qui signifie qu’elles consacrent beaucoup plus de temps aux nouvelles fonctionnalités, selon le rapport State of DevOps 2016 de Puppet Labs. Les taux d’échec du code sont inférieurs à 15%, comparativement à 45% pour les joueurs intermédiaires. Le délai pour les changements est inférieur à une heure, comparé aux semaines pour le développement en cascade.

Aussi attirant que ces avantages puissent paraitre, le parcours vers DevOps n’est pas dépourvu d’embûches. Un changement de culture important est en jeu. Un changement majeur est que les développeurs assument une plus grand responsabilité pour les résultats de leur travail. Cela aide les entreprises à identifier rapidement leurs meilleurs éléments – et leurs plus faibles.

Mais la reddition de comptes donne également aux plus performants la reconnaissance qu’ils méritent pour un travail exceptionnel. C’est l’une des raisons pour lesquelles Puppet Labs a constaté que les employés d’organisations DevOps à haut rendement sont 2.2 fois plus susceptibles de recommander leur entreprise comme un employeur de choix. L’excellence engendre l’excellence, et les meilleurs aiment travailler avec d’autres qui répondent à leurs normes.

Les utilisateurs doivent également changer de perspective. DevOps nécessite un engagement beaucoup plus fréquent avec les équipes de développement. Cependant, les organisations performantes consacrent en général moins de temps aux réunions et aux révisions de code, car les problèmes sont identifiés plus tôt dans le processus et corrigés avant que les dépendances de code ne soient plus complexes. Les réunions sont plus fréquentes, mais plus courtes et plus ciblées.

Si vous adoptez une infrastructure agile, DevOps est la prochaine étape logique pour devenir une organisation informatique parfaitement agile.

Comment le Big Data change les règles du monde bancaire

La banque en ligne a été une offre gagnant-gagnant pour les institutions bancaires et leurs clients. Ces derniers bénéficient de la rapidité et de la commodité du libre-service, tandis que les banques font d’importantes économies sur les coûts de transaction. Mais pour plusieurs banques de consommateurs en particulier, le passage aux services en ligne a également signifié la perte de l’engagement critique des clients que les succursales ont longtemps fourni. Lorsque les services bancaires en ligne se ressemblent à peu près tous, les banques doivent trouver de nouvelles façons de se distinguer. En tirant parti de l’infonuagique et de l’analytique Big Data, les banques peuvent intégrer de nouvelles façons innovantes par les plateformes web et mobile.

Dans un rapport récent décrivant une nouvelle vision numérique pour les banques de consommateurs, Accenture présente des exemples de ce que certaines banques font déjà pour améliorer l’expérience en ligne et renforcir leurs liens avec leur clientèle.

Banco Bilbao Vizcaya Argentaria d’Espagne capture plus de 80 caractéristiques de transaction chaque fois que les clients utilisent leur carte de débit et utilise ces informations pour aider les consommateurs à gérer et à prévoir leurs dépenses courantes.

BNP Paribas Fortis de Belgique s’est associée au plus important fournisseur de télécommunications du pays pour créer une plateforme de commerce électronique mobile qui permet aux consommateurs de magasiner et payer les produits à partir de leurs téléphones intelligents. Ce service aide les consommateurs à trouver des commerces et permet aux entreprises locales d’être payées plus rapidement, ce qui est bon pour les activités commerciales de la banque.

La Commonwealth Bank d’Australie dispose d’une application mobile qui permet aux clients d’utiliser la réalité augmentée pour obtenir des informations détaillées sur les propriétés résidentielles qui les intéressent en pointant simplement la caméra de leur téléphone intelligent sur la maison en question. L’application indique également aux utilisateurs à combien s’éleverait exactement leurs paiements hypothécaires à la banque.

Cinq des plus grandes banques canadiennes se sont associées à Sensibill pour intégrer la fonctionnalité automatisée de gestion des reçus dans leurs applications bancaires numériques. Les clients peuvent utiliser le service pour organiser les reçus et obtenir des rapports qui les aident à faire leur budget.

Ces efforts sont couronnés de succès parce que les banques ne se considèrent plus comme des gestionnaires d’argent. Elles ont élargi leur champ d’action pour devenir des alliés de leurs clients en les aidant à devenir plus efficaces et à réaliser leurs projets.

L’infonuagique offre des capacités sans précédent aux banques pour intégrer d’autres services dans leurs applications de base par des API. Par exemple, plusieurs institutions financières offrent maintenant des fonctionnalités de rapports de crédit gratuites. Les agences de crédit sont ravies de promouvoir leurs marques grâce à ce type d’intégration, et elles collaborent volontiers avec les banques.

Lorsque le cloud se combine aux Big Data, les banques peuvent utiliser les connaissances existantes sur leurs clients pour travailler de façon différente. Par exemple, elles peuvent segmenter les clients par leurs comportements d’épargne et de consommation et proposer des services adaptés à différents budgets. Elles peuvent cibler des services vers des segments distincts de clients en fonction de la géographie ou du groupe d’âge en superposant les données démographiques sur les données des clients. Elles peuvent même écouter les conversations sur les réseaux sociaux pour identifier des occasions d’offrir, par exemple, des prêts automobiles aux amateurs de certaines marques ou modèles de véhicules.

Les principaux obstacles à ce type de transformation ne sont pas techniques mais plutôt culturels. Si les banques ne se perçoivent que comme des intendants de l’argent, elles limitent leur potentiel de rupture avec leurs niches traditionnelles. Mais lorsque les institutions bancaires se considèrent comme des alliés dans le succès financier de leurs clients, elles peuvent profiter de l’infonuagique et des Big Data pour développer et enrichir les relations avec leurs clients. L’application mobile est la nouvelle succursale, et un bon fournisseur de services peut aider votre institution financière à réaliser son potentiel de transformation.

Informatique agile : une meilleure façon de faire des affaires

Une des nouvelles idées les plus puissantes provenant de la révolution infonuagique est l’agilité informatique. Les entreprises agiles peuvent s’adapter facilement aux besoins changeants de l’entreprise en fournissant rapidement des applications et des infrastructures à ceux qui en ont besoin. Votre entreprise a-t-elle ce qu’il faut pour être vraiment agile?

Il existe de nombreux composants à l’infrastructure informatique agile, mais trois que nous estimons particulièrement importants sont les conteneurs, les microservices et l’automatisation. Ceux-ci forment la base de la nouvelle génération d’applications natives de l’infonuagique, et peuvent être utilisés par toute organisation pour révolutionner la rapidité et l’agilité de la livraison d’applications pour soutenir l’entreprise.

Conteneurs : rapides et flexibles

Les conteneurs sont une sorte de machine virtuelle légère, mais ils en diffèrent de manière fondamentale. Les conteneurs s’exécutent en tant que groupe de processus nommés dans un système d’exploitation, chacun ayant un accès exclusif aux ressources telles que le processeur, la mémoire et tous les éléments de support nécessaires à une application. Ils sont généralement stockés dans des bibliothèques pour réutilisation et peuvent être démarrés et arrêtés en quelques secondes. Ils sont également portables, ce qui signifie qu’une application s’exécutant dans un conteneur peut être déplacée vers n’importe quel autre environnement qui prend en charge ce type de conteneur.

Les conteneurs ne sont sur l’écran radar TI que depuis environ trois ans, mais ils sont adoptés avec une vitesse étonnante. Une étude récente a révélé que 40% des organisations utilisent déjà des conteneurs en production et seulement 13% n’ont pas l’intention de les adopter dans la prochaine année. Les conteneurs sont particulièrement populaires auprès des développeurs, car ils peuvent configurer et lancer leurs propres espaces de travail, sans encourir le retard et les frais généraux d’impliquer les équipes informatiques.

Microservices : une meilleure approche des applications

L’utilisation de conteneurs va souvent de pair avec l’adoption d’une architecture de microservices. Les applications conçues à partir de microservices sont basées sur un réseau de services modulaires déployables indépendamment qui utilisent un mécanisme de communication léger tel qu’un protocole de messagerie. Imaginez un objet assemblé à partir de blocs Lego. Les blocs individuels en eux-mêmes n’ont pas une grande valeur, mais lorsqu’ils sont combinés, ils peuvent créer des structures élaborées.

L’architecture axée sur les services n’est pas nouvelle, mais la technologie a enfin évolué au point qu’il est pratique de repenser les applications sous cette forme. L’approche par microservices est plus souple et efficace que les applications intégrées verticalement qui ont dominé les TI depuis des décennies. En assemblant les applications à partir de bibliothèques de services, la duplication est minimisée et les logiciels peuvent être déployés en production beaucoup plus rapidement. Il y a moins de tests de surcharge et une exécution plus efficace, car les développeurs peuvent se concentrer sur l’amélioration de microservices existants plutôt que de réinventer la roue à chaque projet.

Les conteneurs constituent une plateforme idéale pour les microservices. Ils peuvent être lancés rapidement et personnalisés pour utiliser uniquement les ressources dont ils ont besoin. Un microservice unique peut être utilisé à bien des égards par plusieurs applications différentes. Les logiciels d’orchestration tels que Kubernetes assurent la maintenance, gèrent les exceptions et équilibrent constamment les ressources dans un cluster.

Automatisation : quitter la routine

L’automatisation est essentielle pour maintenir le fonctionnement en douceur de cet environnement complexe. Des outils logiciels libres populaires tels que Puppet et Ansible permettent de gérer plusieurs tâches auparavant effectuées par des administrateurs de systèmes, telles que la définition de stratégies de sécurité, la gestion des certificats, l‘équilibrage du traitement des charges et l’attribution d’adresses réseau par des scripts automatisés. Les outils d’automatisation ont été développés par des entreprises natives du cloud afin de leur permettre de gérer des opérations informatiques à grande échelle sans des légions d’administrateurs, mais les outils sont utiles dans n’importe quel contexte.

L’automatisation non seulement économise de l’argent mais améliore la satisfaction au travail. Les tâches manuelles routinières peuvent être assignées aux scripts afin de donner aux administrateurs des activités plus importantes et stimulantes. Et en période de grave pénurie de main-d’œuvre informatique, qui ne veut pas d’employés plus heureux?

L’informatique agile rend les entreprises plus simples, plus réactives et plus rapides. Lorsqu’elle est planifiée et exécutée avec l’aide d’un partenaire d’intégration expérimenté, elle économise également de l’argent.