Retour



Gestion du changement et gestion des capacités

Je lisais un article récemment, dans ce contexte inflationniste, qui portait sur la manière de faire plus avec moins, et je me disais que cela s’appliquait tout à fait au contexte organisationnel, si on songe en outre à la rareté de la main-d’œuvre et au passage obligatoire vers l’infonuagique. Car, l’un des principaux enjeux chez les décideurs et gestionnaires consiste à gérer les capacités des personnes qui sont déjà fortement sollicitées sur différents fronts, tout en maintenant leur adhésion.

Voici donc une petite liste de pratiques où gestion du changement et gestion des capacités se rejoignent en ces temps tumultueux :

  • Revoir et aligner les priorités régulièrement : On parle ici surtout de gouvernance, de leadership et de courage politique. Un exemple ? Un directeur, parmi de nombreux autres, lève un drapeau rouge pour dire qu’il y a littéralement impossibilité d’attitrer des ressources sur deux projets simultanément. Il tient son bout. Sa proposition : Mettre sur le dessus de la pile la gestion des identités et des accès où il existe un véritable chaos. En somme, faire d’une pierre deux coups. Après évaluation : accepté !
  • Définir et miser sur les rôles et responsabilités des personnes clés (gestionnaires, agents de changement, champions et centres d’expertises) pour faire passer le courant au niveau des communications, et défaire les silos côté organisation du travail. Un exemple ? Appropriation précoce par deux (2) étoiles montantes d’expertises en infonuagique, et partage de connaissances sur un nouvel outil utilisé dans l’exploitation de systèmes.

 

Pour que l’avion traverse les turbulences actuelles, pilotes, membres d’équipage et passagers doivent apporter leur contribution. Il faut miser ici sur l’information, répondre aux préoccupations, aller au-devant, être transparent, escalader les enjeux tout en encourageant l’innovation et la créativité. Ce voyage implique de bonnes habiletés relationnelles jumelées à un noyau d’expertises techniques bien ancrées, tout ça grâce à des approches d’attraction et rétention ciblées.

Facile à dire, moins facile à mettre en pratique cette fameuse résilience ou ces fameuses capacités d’adaptation pour garantir l’adhésion et maintenir le moral des troupes. N’est-ce pas ? N’hésitez pas à apporter vos exemples.

Jean-Manuel Thibeault

Conseiller en gestion du changement